« La techno de Detroit en apnée dans les musiques de l’océan Indien : on n’en a pas rêvé mais Labelle l’a fait sur un premier album prodigieux » Les Inrocks (05/12/2013)